Suite RetourToi tu ris Tu ne comprends pas Qu'on puisse aimer le ciel, le soleil, l'été Toi tu ris Quand tu m'as vu pleurer Devant un chien perdu, devant un chien crevé, tu as ris Tu ne comprends pas Non tu n'as pas assez souffert, tu n'as pas assez pleuré Tu ne comprends pas Qu'il puisse y avoir, blotti au fond d'un coeur, un peu de regrets Mais moi j'aime les fleurs Les arbres les oiseaux, les champs de blé, tu sais Oui j'aime bien mon père, oui j'aimais bien ma mère Pourquoi le cacher Qu'y a-t-il d'humiliant, même lorsqu'on a trente ans De savoir encore chérir, de savoir encore aimer Qu'y a-t-il d'humiliant, même lorsqu'on a trente ans De savoir encore aimer, un enfant. Mais toi tu as ris Quand tu m'as vu pleurer pour cette femme que je croyais aimer Tu as ri Devant mon coeur meurtri, lorsqu'elle est partie Lorsqu'elle m'a quitté, tu as ri Bien sûr toi Il y a longtemps que tu ne sais plus ce que c'est que de donner un coeur Toi tu ris Comme les autres pleurent, n'as tu donc plus de coeur Pauvre petite fille qui n'a jamais vécu, tu passe ta vie et pas plus (bis) Mais moi j'aime la vie Elle ne m'a rien donné, mais elle m'a tout appris, la vie Et si aujourd'hui vous me voyez pleurer, c'est que hier j'ai trop ri Alors pourquoi regretter, pourquoi regretter...
30
TOI TU RIS