Suite Retour17
C'est un jardin Tout près du ciel Où il suffit de tendre la main Pour cueillir des étoiles et demain. Nous dormirons dans ce berceau Près des oiseaux Et si l'on oublie le temps Nous nous réveillerons au printemps. Tout tremblant parmi les pleurs De cet enfant comme une fleur Qui sera là à nous sourire Cherchant tes mains, voulant te dire Tous ces mots que je ne te dis pas Mais auxquels je pense Quand tu t'en vas
LE JARDIN
C'était un jardin tout près du soleil Mais nos mains n'ont pas su cueillir Les étoiles de l'avenir. Elles se sont perdues Dans un maquis de malentendus Et cet enfant qui a grandi Avait-il le droit à cette nuit. Il restera là à nous attendre Cherchant en vain de nous comprendre Sachant très bien que l'amour ne se mérite pas Sans quelques larmes, quelques faux pas. C'était un jardin, tout près du soleil Mais une fleur s'est fanée Et tout a sombré, tout a chaviré