Retour Suite SOUVENIR
40
Mais qu'est donc devenu ce grand oiseau noir Qui par un soir d'hiver s'est laissé choir M'a couché dans son nid sans bruit Inondé de soleil M'a offert l'espace de ses nuits Sans sommeil, sans sommeil. Mais qu'est donc devenu ce grand oiseau blessé Que pour cette blanche colombe un jour j'ai quitté Et qui m'a ensorcellé Volé dix ans de ma vie Et qui une nuit s'est envollée Vers la ville éblouie, comme un papillon de nuit Mais qu'est donc devenu ce corps profond, sublime duvet Sur lequel un instant j'ai rangé mon épée Las de combattre ces divines inconnues Inaccessibles étoiles Lachées dans ce monde perdu Sans espoir, sans un voile Dors-tu encore nues dans l'herbe tendre Aimes-tu toujours la nuit dans son silence Et quand revient le printemps Noyer de fleurs les rues Penses-tu encore souvent A notre amour perdu J'aimerais tant aujourd'hui reprendre ta main Te promener dans le vent, les bruyères et enfin Te coucher tout doucement Sous ce chêne centenaire Te regarder mourir sous mes mains Et de nos corps enfin refaire A nouveau rejaillir la lumière