Suite Retour37
NOSTALGIE D'AUTOMNE
Sur les bords de l'étang où le roseau frissonne Je me suis endormi sur mes vieux souvenirs Pour bercer mon esprit dans le nouvel automne Qu'un vent lointain s'est permis de m'offrir. J'ai suivi le chemin qui mène vers les mousses Lesquelles m'ont offert un gazon de douceur Las, je n'ai pas attendu qu'une chose m'y pousse Pour laisser échapper un nuage de pleurs. Car vois tu mon amie, c'est pour toi que je pleure (bis) Bien longtemps j'ai pensé à la femme que j'aime Son visage m'apparut sous ses moindres contours Son sourire, parmi les feuilles qui promènent Fut tel qu'il l'était durant les premiers jours. J'ai passé tout mon temps à laisser parcourir Par mon coeur tout aigri nos joyeux souvenirs Et si brusquement ce rêve s'est brisé C'est que la pluie soudain s'était mise à tomber. Car vois tu mon amie, c'est de toi que je rêve (bis) Pourtant j'ai encore longtemps marché, chat errant Parmi l'odeur de terre et d'arbres mouillés Les quelques feuilles qui surent résister au vent Se faisaient un plaisir de pouvoir m'abriter. Mais soudain je sentis mon coeur prêt à se fendre Mon amour, mon bonheur, ma vie, est-tu là? Mon coeur chercha en vain qu'une voix lui réponde Et mes yeux se vidèrent une dernière fois. Car vois tu mon amie, c'est pour toi que je meurs (bis)